SEARCH BY TAGS: 

FOLLOW ME:

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Sarah Catala

Sortie de réserve pour les dessins du musée des Arts décoratifs

C'est un travail colossal qui rythme la vie du Cabinet des dessins du musée des arts décoratifs depuis l'automne 2018. La réalisation de l'exposition Le dessin sans réserve. Collections du musée des Arts décoratifs doit tout à l'énergie incroyable de Bénédicte Gady. Je vous en raconte quelques aspects puisque j'y participe en tant que conservatrice-pensionnaire financée par la Getty Foundation, dans le cadre du Paper Project.


Un travail colossal donc par l'ampleur des fonds, l'oubli dans lequel ils étaient plongés et l'état de leur conservation.


Pour mieux saisir toute la profusion et la diversité des collections, Bénédicte a imaginé un parcours original sous forme d’abécédaire dans l’exposition et sous la forme d’un dialogue dessin-objet dans les salles du musée, rassemblant 467 oeuvres. Avant, il a fallu entreprendre la connaissance de cet immense ensemble. Nommée conservatrice en charge des dessins du musée en 2017, Bénédicte a d'abord rangé, pour ne pas dire débarrassé, les réserves. Après s'être aperçue que l'inventaire des œuvres était très imparfait, elle s'est attelée dès 2018, à faire une cartographie des fonds (vous ouvrez une boîte pour en compter le nombre d'oeuvres, en relevez les caractéristiques - auteurs, typologie, thématique, localisation - et passez à la boîte suivante). Ce travail réalisé avec Clara Roca, alors élève-conservateur de l'INP, a conclu qu'il n'y avait pas 100.000 dessins, mais environ 200.000 ! Étourdissant n'est-ce pas ? Et que penser de cette belle endormie en plein cœur de Paris...


Au même moment, la Getty Foundation lançait le programme du Paper Project : une aubaine de financement de bourse qu'a su saisir Bénédicte et dont je suis la reconnaissante et heureuse bénéficiaire. Je suis arrivée en janvier 2019 et me suis aussitôt plongée dans les boîtes et portefeuilles des artistes du XVIIIe siècle, avant de découvrir le reste avec un immense plaisir.



Cette impressionnante collection, rassemblée en 1974, grâce à Marie-Noël de Gary (également dotée d'une énergie incroyable) a progressivement été oubliée. Avec le temps, le Cabinet des dessins est devenu difficile d'accès et si les œuvres continuaient d'être prêtées, leurs dossiers n'étaient plus tenus à jour. C'est donc un pan entier de la mémoire des 467 œuvres qu'il a fallu reconstituer en quelques mois, pour l'exposition et le catalogue. Il était indispensable de connaître les expositions et références bibliographiques, ne serait-ce que pour ne pas s'attribuer une découverte réalisée 15 ans plus tôt ou mieux, affiner les identifications, revoir toutes les descriptions techniques, comprendre l'état actuel de conservation d'un dessin.


Pour ce travail littéralement laborieux, rien n'aurait pu se faire sans [du chocolat] la confiance totale de Bénédicte, l'aide des stagiaires, celle inestimable de ma collègue du service de l’inventaire, Alexandra Mérieux, et celles des restauratrices, Valentine Dubard, Cécile Huguet et Isabelle Drieu La Rochelle.


Préparation du catalogue de l'exposition avec les historiens de l'art et graphites du collectif H5



Ce travail collaboratif a été intense car il a mobilisé les équipes une année seulement. C'était aussi très joyeux pour mille et une raisons, dont la découverte d'un carton haut de 4 mètres de Maurice Denis, le travail sur l'immense dessin de Merson oublié depuis 1921, les 70 aquarelles inédites offertes par Henri Rivière et demeurées dans les montages de l'artiste, sans oublier une boîte de 500 feuilles du dessinateur du couturier Paul Poiret ou le portefeuille de l'Ambassade Française imaginée par la Société des Artistes Décorateurs en 1925.



Bien sûr, avec Bénédicte, nous avons reçu de nombreux spécialistes, historiens de l'art, experts du marché ou conservateurs pour remettre en jeu d'anciennes attributions. En effet, celles-ci étaient optimistes avec Raphaël et Michel-Ange ou anonymes pour des Strozzi, Dubois, Sustris, Lenardi, Dorigny, Lebrun, De la Fosse, Pajou, La Traverse... Pour le XIXe et XXe siècle, il s'agit plutôt de l'identification de projets d'artistes connus des spécialistes.


Toutes les remarques et propositions faites ont été consignées dans notre base informatique, pour être approfondies plus tard.


Et pour l'ironie, sur les 200.000 dessins, pas un Hubert Robert (présent dans tous les musées de Tokyo à La Havanne, en passant par Quimper) !


Nous avons passé des journées à clarifier les provenances, en enquêtant parfois avec Alexandra qui connaît tous les registres d’inventaire du musée. Avec les stagiaires Elodie, Louna, Barbara et Rémi, nous avons partagé des journées laborieuses dans les rayons des bibliothè​ques parisiennes pour compléter les références bibliographiques des centaines de dessins.



Paul Denis offrant un dessin préparatoire au carton de Maurice Denis redécouvert en février 2019 et déroulé quelques mois plus tard dans la nef du musée des Arts décoratifs



Un autre volet capital de cette “expo-événement” concerne la restauration des dessins. Bénédicte a reçu un immense soutien de l'institution et de généreux mécènes afin d'embaucher une restauratrice en arts graphiques pour enfin prendre soin des milliers de dessins. Il s'agit de Valentine Dubard, en charge de l’atelier de restauration du département des Arts graphiques du musée du Louvre de 2011 à 2019, qui avait débuté sa carrière auprès de Marie-Noël de Gary, au Cabinet des dessins du musée des Arts décoratifs : une boucle merveilleusement bouclée !


C'est un immense plaisir d'aller dans son atelier pour voir l'avancement d'une restauration, découvrir les versos à peine décollés de leurs montages acides, voir les lacunes délicatement complétées, puis s'émerveiller des teintes créés pour les passe-partout et retenir toutes les explications qu'elle partage toujours généreusement avec Sonia, formidable stagiaire en régie.


Valentine Dubard et Bénédicte Gady devant le verso d'un dessin de Nicolas Pineau,

en cours de restauration



Enfin, parce qu'il s'agit du musée des Arts décoratifs, l'exposition aura droit à une scénographie et un catalogue créés par le collectif H5. Bénédicte, soutenue par le service des expositions et des éditions, a travaillé sans relâche pour montrer la qualité et variété des collections du musée autrefois réunies pour servir de modèle aux artistes, artisans et dessinateurs industriels. Avec Bénédicte, nous terminons l'écriture des textes et cartels qui accompagneront les visiteurs. C'est un moment très gratifiant car depuis le début, tout cela est fait pour être partagé.


Le catalogue le jour de sa livraison au musée !


On espère que ce travail vous plaira et que la découverte des fonds de dessins du musée des Arts décoratifs restera un moment magique pour les amateurs de dessins et les esprits curieux.


Pour anticiper votre visite, jetez un œil sur le site du MAD pour mieux comprendre l'histoire de l'institution... une aventure incroyable née de la réunion d'artistes, d'industriels, de marchands d'art et de collectionneurs. Vous y croiserez la figure tutélaire du Cabinet des dessins, Philippe de Chennevières !


Et si vous souhaitez consulter des dessins ou être informé de la suite des aventures de Bénédicte et ses équipes au Cabinet des dessins, vous pouvez écrire à cabinetdesdessins@madparis.fr


© 2020 Bella Maniera