© 2019 Bella Maniera 

SEARCH BY TAGS: 

FOLLOW ME:

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône

Feuilles en quête d'auteurs (2e partie)

Et voici la suite des dessins anonymes que nous examinerons ensemble au Forum Bella Maniera ce samedi, pour essayer de leur trouver une attribution.

Rejoignez-nous dès 14h30 à l'auditorium du musée des arts décoratifs pour débattre de l'actualité autour du dessin et discuter autour de ces feuilles!

 

Pour commencer, 3 belles feuilles qui nous sont proposées par Christophe Marcheteau de Quinçay (musée de Caen):

 

Quatrième feuille

 

École française de la première moitié du XIXe siècle

La mort couronnée surprenant une jeune femme en prière

Gouache sur papier

H. 12,4 x L. 13,6 cm

Signature en bas à droite : « Bourgaud », « Bourgaret », « Bourgerel » ( ?)

Caen, musée des Beaux-Arts, inv. M.336.7

 

Légué en 1872 par le libraire et érudit caennais Pierre-Bernard Mancel (1798-1872), ce dessin est issu d’un Album amicorum constitué par Pierre-Victorien Lottin (1810-1903), dit Lottin de Laval, archéologue et peintre calvadosien. 

Constitué sans ordre, cet album comprend une centaine de feuilles : 

_ quelques-unes par des maîtres anciens français, italiens et flamands des XVIIe et XVIIIe siècles (Ludovico Carracci, Jordaens, Loutherbourg, Parrocel, Antonio Tempesta, Pietro Testa) ; 

_ quelques-unes par des noms célèbres du XIXe siècle (Jules Coignet, Eugène Devéria, George Sand, Grandville, Lamartine, Lottin de Laval) ;

_ une majorité de feuilles anonymes ou de petits maîtres français de la première moitié du XIXe siècle (Jehan-Baptiste de Clérembault, Jules David, Augustin Enfantin, Eugène Forest, Félix Godefroy, Louis-Eugène de Lonlay, Théodore Mansson, Vincent-Nicolas Raverat, A. de Rocq, Eugène Rocquemont, Camille Roqueplan, Édouard Wattier).

(Christophe Marcheteau de Quinçay)

 

 

 

Cinquième et sixième feuilles

 

 

École française du milieu du XVIIIe siècle

Femme assise, de profil, sur une chaise

Dessin au fusain, rehaussé de craie blanche, sur papier vergé bleuté

H. 35,5 x L. 27,3 cm

Numérotée, en bas à gauche : « 195-1 »

Caen, musée des Beaux-Arts, inv. M.421.8

 

École française du dernier quart du XVIIIe siècle

Jeune femme assise dans un fauteuil, avec un enfant

Dessin à la pierre noire, rehaussé de craie blanche, sur papier vergé bleuté

H. 33,5 x L. 32 cm

Numéroté, en bas à droite : « 195-2 »

Caen, musée des Beaux-Arts, inv. M.421.9

 

Ces deux feuilles faisaient partie d’un lot de dessins et d’estampes probablement acquis, à la fin du XIXe ou dans la première moitié du XXe siècle, par la commission en charge d’administrer et d’enrichir la collection léguée par le libraire Pierre-Bernard Mancel à la ville de Caen en 1872. Leur numérotation commune indique que, si elles ne sont peut-être pas l’œuvre de la même main, elles furent associées par l’un de leurs propriétaires antérieurs.

(Christophe Marcheteau de Quinçay)

 

Et pour conclure: un intrigant portrait d'homme conservé au musée de Chantilly:

 

 

Septième feuille

École française du XVIIe siècle

Homme en buste dessinant

Dessin à la pierre noire, lavis, rehauts de blanc sur papier beige

H. 21,5 x L. 17,1 cm

Chantilly, musée Condé, inv. DE PD 474

 

Depuis le XIXe siècle et son passage dans la collection de portraits historiques d'Alexandre Lenoir, ce beau portrait d'homme est attribué au peintre français Claude Lefebvre (1632-1675). Nous ne connaissons malheureusement pas d'oeuvre en rapport, ou de dessin de ce portraitiste qui permettent d'étayer cette proposition. Si une attribution à Sir Peter Lely (1618-1680) a également été proposée, la comparaison avec le corpus dessiné de cet artiste ne nous paraît pas entièrement convaincante...

L'identité de ce dessinateur, en négligé d'artiste, le porte-mine à la main, est tout aussi mystérieuse. Est-il possible d'y reconnaître les traits d'un artiste en vue du XVIIe siècle?

(Frédérique Lanoë)

 

 

Please reload