© 2019 Bella Maniera 

SEARCH BY TAGS: 

FOLLOW ME:

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Twitter Icon
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône

Une collection exceptionnelle : les pastels du Louvre

July 3, 2018

Le pastel est sur toutes les lèvres. Après l’exposition du Petit Palais, c’est maintenant celle du musée du Louvre qui ouvre ses portes pour notre plus grand plaisir ! C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir cette magnifique collection, la plus grande au monde, qui compte environ 160 œuvres.  Des artistes français sont représentés mais aussi des artistes étrangers comme Rosalba Carriera, John Russell, Etienne Liotard … La collection n’avait pas été exposée depuis 1971, ni publiée depuis 1972, soit presque 50 ans. Xavier Salmon, directeur du département des Arts Graphiques, est le commissaire de cette exposition En société, pastels du Louvre, XVIIe-XVIIIe.

Photo : Sarah Catala

 

 

D'abord un mot sur l’accrochage qui peut paraître curieux de prime abord. Il reprend en fait un type d’accrochage du début du XXe siècle, période où l’on appréciait et collectionnait beaucoup le pastel. La scénographie fait écho à la fameuse exposition Cent pastels qui a eu lieu en 1908, et peut aussi faire référence à l’exposition de 1927 à la galerie Charpentier.  

 

 

 

Détails à retrouver dans l'exposition (Vivien, Quentin de La Tour, Perronneau)

Photo : Sarah Catala 

 

 

L’exposition commence de manière chronologique avec un pastel de Charles Le Brun représentant Louis XIV de trois quarts. C’est à la fin du XVIIe siècle que les artistes commencent à exécuter des portraits entièrement au pastel. Après Charles Le Brun, on découvre des œuvres de Vivien, Nanteuil. Puis, arrive le XVIIIe siècle, “siècle d’or” du pastel, qui commence avec des œuvres de Rosalba Carriera. Cette artiste vénitienne lancera véritablement la mode du portrait au pastel en France lorsqu’elle séjournera en 1720 et 1721. Elle sera reçue l’Académie et c’est d’ailleurs son magnifique morceau de réception qui est la pièce principale des cinq œuvres exposées de l’artiste.

 

Au tour ensuite de  Maurice Quentin de la Tour, « le prince des pastellistes ». Parmi les œuvres exposées, les portraits de Louis XV et Marie Leszczynska m’ont particulièrement frappés ! Les portraits sont présentés dans deux magnifiques cadres et les textures sont admirablement bien rendues. Son chef d’oeuvre absolu est à quelques pas de là, il s’agit bien évidemment du célèbre portrait de Mme de Pompadour, qui mesure 1,78 m de hauteur et 1,31 m de largeur ! Taille colossale pour l’époque quand on sait qu’il faut protéger les pastels par un verre. De fait, le plus grand verre de l’époque sera fabriqué pour cette oeuvre. Ce pastel a été restauré lors de la campagne lancée en 2012, pour laquelle vous pourrez découvrir toute l'histoire sur cette vidéo.

 

                                                              Photo : Salomé Méchin

 

 

 

Après Maurice Quentin de la Tour, vient son rival, Jean-Baptiste Perronneau, qui a ma préférence en particulier pour sa technique de retouche et ses ombres colorées.

Cette exposition est aussi l’occasion de montrer les découvertes de la campagne de restauration, comme par exemple celle faite au dos d’un pastel de Ducreux. L’artiste marouflait ses pastels sur des dessins.

 

                                                             Photo : Salomé Méchin

 

 

 

Par la suite vous découvrirez des œuvres de Liotard, Adélaïde Labille-Guiard, Pierre-Paul Prud’hon…

 

Je ne vous en dit pas plus et vous laisse voir ou revoir les autres merveilles que ce parcours exceptionnel nous offre ! Même si l’exposition présente beaucoup de portraits, il ne faut pas oublier que le pastel ne résume pas à ce genre, même au XVIIIe.

 

 

 

 

En société
Pastels du Louvre des 17e et 18e siècles

Paris, musée du Louvre

du 7 Juin au 10 Septembre 2018

 

 

Cet article a été réalisé suite à l'invitation du musée du Louvre, à une visite privée et guidée par Xavier Salmon.

 

 

 

 

Le Complément de Bella Maniera

 

Diplômée d’une licence d’Archéologie et d’Histoire de l’art en 2015, Salomé Méchin poursuit ses études et dernièrement, a réalisé un documentaire sur le pastel, Ma vie de pastel, dont le détail est à découvrir sur notre blog.

A noter que Alice Ottazzi, adhérente de l'association, a également rédigé un compte-rendu de l'exposition sur le blog  du groupe de recherche d'étudiants du Ghram.

 

 

Please reload